Partager

1ère étape : l’arbre, cet allié si précieux et fragile

Semaine verte 29 octobre 2019

Le top départ de nos 1000 bornes dans une Europe en berne a été donné à Marseille. A peine le temps de faire les derniers réglages vélo (et de réaliser que quand même c’était un peu fou comme idée) que nous mettons déjà le cap vers font blanche, une forêt près de La Ciotat où nous attendent des scientifiques qui étudient de près le changement climatique. 

Il nous faut un petit moment avant de quitter la ville, tellement l’étalement urbain est important dans la zone entourant Marseille. L’occasion de constater aussi que les choses n’ont pas beaucoup changé depuis mon enfance et que la région n’est absolument pas faite pour la circulation à vélo : nous n’avons pas croisé la moindre piste cyclable protégée sur le chemin. Une fois passé Aubagne, ça commence à grimper un peu avant une bonne côte pour atteindre notre point de rdv où nous arrivons en sueur. On s’enfonce dans la forêt avec toute une équipe de chercheurs essentiellement issus de l’INRA et dont certains collaborent aux rapports du GIEC (groupe d’experts des nations unies sur le changement climatique) pour atteindre une de leurs zones d’étude. Ici on y analyse la forêt : ce puits d’oxygène qui séquestre le CO2 et permet ainsi de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Une bulle d’oxygène pourtant menacée par le changement climatique, la sécheresse affectant la capacité des arbres à faire cet exercise de photosynthèse. 

La sécheresse, ce phénomène de plus en plus régulier dans la région, effet direct d’un réchauffement climatique qui va 20% plus vite autour de la mer Méditerranée que dans le reste du monde. La sécheresse, cette catastrophe pour les ressources en eau qui va devenir une ressource de plus en plus rare dans les prochaines années selon les experts qui prévoient une pénurie. La sécheresse qui augmente le risque d’incendies. La sécheresse qui rend les épisodes pluvieux et les inondations plus violents. La sécheresse qui empêche aux fleurs de produire leur nectar : Benoît, chercheur sur les abeilles a mesuré qu’avec une baisse de seulement 15% de pluie, une fleur sur deux ne produit plus de nectar, pourtant si précieuse pour les abeilles dont la survie est menacée. 

En région Méditerranée plus qu’ailleurs, les effets du réchauffement climatique se font déjà ressentir et les risques sont majeurs. Sur la biodiversité, sur nos forêts mais aussi sur notre vie du quotidien : des zones entières risquent d’être submergées (jusqu’à un mètre d’augmentation du niveau de la mer dans les prochaines décennies), impactant non seulement ces zones entières comme la Camargue qui pourraient se retrouver complètement sous l’eau mais aussi des infrastructures banales comme le tout à l’égout. 

Alors depuis notre post d’observation et de mesure perché en haut de la forêt de Font Blanche, accompagnée de tous ces experts du climat, je me dis que leur cri d’alerte n’a manifestement pas été entendu assez fort. On a envie de le hurler depuis la tour d’observation pour que tout le monde l’entende. Les industriels qui défendent que les pesticides n’ont aucun impact sur la biodiversité. Les promoteurs immobiliers qui grignotent toujours un peu plus sur les espaces naturels pour construire. La recherche publique qui est continuellement dépecée et dès lors affaiblie pour soutenir ces précieuses expertises. Et surtout les décideurs politiques qui perpétuent un modèle économique voué à détruire notre planète. 

L’un de ces scientifiques rencontrés aujourd’hui m’a posé la question : « pourquoi en est-on encore à des mesures politiques timides en matière climatique ? ».
Sûrement parce que les conclusions des recherches de ces experts n’ont pas été assez entendues. Alors comptez sur moi pour les porter haut et fort à la tribune du parlement européen !

Ps : merci à Hendrik, Joel, Nicolas, Eric et Benoit pour leur temps passer à nos côtés à partager leur expertise

En savoir plus sur ce lien

Pour une bifurcation écologique et sociale

24 août 2022
Jets privés et méga yachts : nuisances de l' "abondance"
Cet été, comme tous les étés, c’était retour au bercail familial. J’ai pris l’habitude de vous parler de Bonifacio, mon petit village au sud de la Corse (peuplé en bonne partie par ma famille 😉), et de ses méga-yachts qui envahissent le port dès l’été commencé. Cet été n’y a évidemment pas échappé.
6 juil. 2022
Taxonomie : vote de la honte au Parlement européen

Le Parlement européen vient d'enterrer officiellement toute ambition...

Autour des mêmes combats

24 août 2022

Jets privés et méga yachts : nuisances de l' "abondance"

Cet été, comme tous les étés, c’était retour au bercail familial. J’ai pris l’habitude de vous parler de Bonifacio, mon petit village au sud de la Corse (peuplé en bonne partie par ma famille 😉), et de ses méga-yachts qui envahissent le port dès l’été commencé. Cet été n’y a évidemment pas échappé.
6 juillet 2022

Taxonomie : vote de la honte au Parlement européen

Le Parlement européen vient d'enterrer officiellement toute ambition...

11 janvier 2022

Gaz et nucléaire “durables” : Macron Président de l'amicale de l'irresponsabilité écologique

2022 commence bien pour les énergies polluantes. Quelques heures avant la fin de l'année, la Commission européenne a officiellement proposé d’inclure le gaz et le nucléaire dans sa liste des activités “durables”, leur ouvrant la porte à de nouveaux financements. Cette décision incompréhensible, alors que l’Europe ne respecte déjà pas l'accord de Paris, a été rendue possible par la mobilisation acharnée d'Emmanuel Macron, qui a pris la tête d'une coalition d'irresponsables avec les pays gaziers et l'extrême droite européenne, pour le plus grand bonheur des lobbys.
22 juillet 2021

Une nouvelle alliance internationale pour répondre à la double crise du climat et des inégalités

Inondations meurtrières en Belgique et en Allemagne, feux géants en Sibérie, records de température au Canada… Même les pires climatosceptiques sont bien obligés de s’y résoudre : il n’est désormais plus possible d’ignorer les impacts ravageurs du dérèglement climatique. Partout sur la planète, des femmes et des hommes sont frappés quotidiennement par les conséquences de l’inaction climatique. Pire, ce sont les plus pauvres, alors qu’il sont les moins responsables de la destruction de l’environnement, qui paient le plus lourd tribu. Et ce n’est que le début.
12 mai 2021

Pas de bifurcation écologique possible sans confrontation sérieuse avec les règles européennes

L’Assemblée nationale a voté la semaine dernière une parodie de loi climat, sabordant les travaux de la Convention citoyenne. Oubliée la promesse de reprise “sans filtre” : la trahison démocratique est totale et l’irresponsabilité écologique consommée. Les propositions des 150 méritaient mieux. Et c’est parce que nous les respectons que nous nous sommes posé cette question qui n’est jamais traitée sérieusement. Comment appliquer l’intégralité du programme des conventionnels dans le cadre des règles européennes actuelles ?
11 décembre 2020

Pendant que Macron fanfaronne : l'UE impose l'austérité, recule sur le climat et cède face à l'extrême-droite hongroise

Emmanuel Macron aura beau fanfaronner, c'est un échec total. Pour la planète, comme pour nous tous.

Vous pouvez lire aussi

Restez informés

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme marketing. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour en savoir plus sur la politique de protection des données de Mailchimp.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de nos emails. Pour avoir plus d'informations sur notre politique de protection des données personnelles, vous pouvez visiter notre site internet

Données personnelles

Les cookies permettent d'améliorer votre experience et facilitent la réactivité de notre site. Sur notre site, un cookie est actif : Google Analytics. Il récolte des données statistiques anonymes sur le site. Lorsque vous visitez le site de Manon Aubry, une seule donnée personnelle vous concernant est collectée avec ce cookie, il s'agit de votre adresse IP, mais celle-ci est anonymisée automatiquement par le système sans possibilité d'identification de la personne concernée. Si vous ne souhaitez pas que notre site utilise ce cookie, vous pouvez le refuser ci-après.