Partager

Le séparatisme de la Commission européenne et des lobbys : privilèges et justice parallèle pour les multinationales

Billet d'humeur 16 septembre 2021

Les médias reprennent régulièrement les procès en “séparatisme” fantasmés par la droite contre les drapeaux de pays étrangers, contre les assesseures qui portent le voile et même contre les danses traditionnelles. En revanche, personne n’a parlé du projet bien réel de la Commission européenne de créer des droits particuliers et une justice spéciale pour la protection des profits des investisseurs (entendre : les multinationales et leurs actionnaires).

Pourtant, c’est ce que révèle l’association Corporate Europe Observatory (CEO) à travers l’analyse de notes internes de la Commission européenne. La Commission envisage de créer un tribunal européen devant lequel les “investisseurs” pourront attaquer les Etats membres qui adoptent des lois susceptibles de réduire leurs profits. Le tribunal des investisseurs pourra ordonner les Etats membres à rembourser l’intégralité des profits soit disant perdus par les entreprises. 

Prenons quelques exemples. L’Etat souhaite interdire les vols intérieurs lorsque l’alternative en train existe ? Les compagnies aériennes pourraient obtenir le remboursement de tout leur manque à gagner. L’Etat veut obliger UberEats ou Deliveroo à salarier leurs livreurs ? Les multinationales pourraient demander des millions d’euros de dédommagement. L’Etat propose une taxe sur les profiteurs de crise ? Bernard Arnault et Jeff Bezos traîneraient immédiatement la France en justice.

En réalité, avec cette justice parallèle, les multinationales et leurs actionnaires disposeraient alors d’une assurance-vie pour leurs profits aux frais du contribuable, ainsi que d’une arme de dissuasion massive contre toute nouvelle protection des droits sociaux et de l’environnement. Nos capacités de mettre en œuvre l’Avenir en commun si nous étions démocratiquement élus pour le faire seraient sévèrement restreintes par le risque juridique et financier.

Ce projet de justice spéciale n’est pas nouveau. Les accords de libre-échange contiennent pour la plupart des clauses qui prévoient des “tribunaux d’arbitrages” similaires au projet d’une cour européenne des investisseurs. Et nous avons pu en observer les effets dévastateurs : grâce à leurs privilèges légaux, les multinationales du pétrole et du gaz ont par exemple forcé la France à vider la loi Hulot de 2017 contre l’exploitation d’hydrocarbures après 2040. En Allemagne, l’Etat a dû payer plus de 4 milliards d’euros aux exploitants étrangers de charbon, à la suite de la décision de mettre fin à la production d'électricité au charbon. Ce n’est qu’en 2018 que la Cour de justice de l’Union européenne a enfin jugé illégale cette justice parallèle pour les investisseurs des Etats membres.

Sauf que les lobbys n’ont pas dit leur dernier mot : le projet d’une cour européenne d’investissement est en réalité l’aboutissement de leur intense campagne d’influence pour récupérer leurs privilèges. L’enquête de CEO l’a révélé à travers la publication de dizaines de lettres des associations patronales et industrielles (l’AFEP en France qui réunit les entreprises du CAC 40, le BDI allemand et l’association européenne BusinessEurope), des lobbys bancaires (la Fédération européenne des banques, la Commerzbank, etc.) et de grandes entreprises (EDF, Veolia, Enel).

Le message des lobbys est limpide. Les profits passent avant l’intérêt général : “les entreprises ne sont pas contre des mesures protégeant l’intérêt commun cher à la société dans son ensemble, mais ces mesures ne doivent pas nuire aux investissements des entreprises”. Comprendre : la justice nationale n’est pas à leur goût, car elle est trop “biaisée” et “lente”. Et de conclure par une menace de délocalisation : “la protection juridique insuffisante [de leurs profits] risque de pousser les entreprises européennes à investir ailleurs que dans l’Union européenne” ce qui “réduira les flux de capitaux entrant dans l’Union et les recettes fiscales”. Rien de moins qu’un chantage à l’emploi et à l’impôt !

Est-ce que les investisseurs manquent vraiment de protection juridique ? Sûrement pas ! L’analyse du droit européen montrent qu’ils sont amplement protégés et le tableau de bord officiel de la justice européenne ne relève aucune preuve d’abus à leur encontre. C’était d’ailleurs la réponse de la Commission en 2018.

Mais trois ans plus tard, entre connivence et couardise, la Commission européenne semble prête à céder à la pression des lobbys. Alors que nous avons tant besoin de protéger les droits des travailleurs et l’environnement, la Commission européenne va-t-elle proposer de les sacrifier pour sanctuariser les profits des multinationales ? Nous nous y opposerons et nous serons fixés à l’automne, lorsqu’elle présentera ses propositions législatives pour la protection des investissements.

Mettre au pas les lobbies et multinationales

5 juin 2021
La France et l’UE cèdent aux lobbies de l’évasion fiscale pour une transparence fiscale à trous
Savez-vous combien d’impôts paient Total, Amazon ou Facebook ? Non et c’est bien tout le problème de l’évasion fiscale. 7 ans que je me bats. 7 ans que j’ai commencé le combat pour une mesure simple mais efficace : la transparence des multinationales.
28 mai 2021
Poursuites-bâillons : les multinationales ne nous feront pas taire !
Bolloré qui attaque en diffamation les médias qui enquêtent sur ses activités en Afrique, Vinci qui traîne en justice l’association Sherpa ou encore Darmanin qui menace de porter plainte contre ses opposants politiques... Depuis plusieurs années, les procès visant à faire taire les lanceurs d’alertes, associations, activistes et journalistes se multiplient. Ce procédé a un nom : les poursuites-bâillons, en anglais SLAPP (Strategic Lawsuits Against Public Participation).

Autour des mêmes combats

5 juin 2021

La France et l’UE cèdent aux lobbies de l’évasion fiscale pour une transparence fiscale à trous

Savez-vous combien d’impôts paient Total, Amazon ou Facebook ? Non et c’est bien tout le problème de l’évasion fiscale. 7 ans que je me bats. 7 ans que j’ai commencé le combat pour une mesure simple mais efficace : la transparence des multinationales.
28 mai 2021

Poursuites-bâillons : les multinationales ne nous feront pas taire !

Bolloré qui attaque en diffamation les médias qui enquêtent sur ses activités en Afrique, Vinci qui traîne en justice l’association Sherpa ou encore Darmanin qui menace de porter plainte contre ses opposants politiques... Depuis plusieurs années, les procès visant à faire taire les lanceurs d’alertes, associations, activistes et journalistes se multiplient. Ce procédé a un nom : les poursuites-bâillons, en anglais SLAPP (Strategic Lawsuits Against Public Participation).
11 mai 2021

Coupe du monde au Qatar : a-t-on envie de jouer au foot sur des cadavres ?

Qu’on aime le foot ou pas, ce sport qui réunit des milliards de fans à travers le monde est un sujet majeur. Et c’est aussi une affaire de gros sous. On ne découvre pas aujourd’hui le foot business et ses excès : dérégulation, privatisation, corruption, enrichissement de quelques-uns... Mais l’organisation de la coupe du monde 2022 au Qatar franchit un nouveau seuil. Les chiffres sont glaçants : plus de 6 750 morts sur les chantiers. Et cette question qu’on ne peut s’empêcher de se poser : a-t-on envie de jouer au foot sur des cadavres ?
14 mars 2021

#QUICOMMANDE : COMMENT NOTRE MOBILISATION CONTRE L’IMPUNITÉ DES MULTINATIONALES A PAYÉ !

Quand j’ai mis pour la première fois les pieds au parlement européen en mai 2019 juste après avoir été élue, j’avais un objectif. Une obsession : parvenir à faire adopter un texte qui condamne en justice les entreprises qui violent les droits de l’homme et saccagent l’environnement. C’est pour ça que je bataillais dans le secteur associatif avant d’être élue. C’est ce combat que j’ai voulu emmener avec moi dans l’arène politique.
24 février 2021

#QuiCommande : Manon Aubry lance une campagne citoyenne face aux lobbys pour mettre un terme à l’impunité des multinationales avec le devoir de vigilance européen

Un vote majeur aura lieu au Parlement européen la semaine du 8 mars visant à mettre un terme aux violations des droits de l’homme et aux destructions de l’environnement commises par des multinationales dans leurs chaînes d’approvisionnement. Alors que les lobbys s’activent en coulisses pour détruire toute ambition de ce texte, Manon Aubry lance une campagne citoyenne, soutenue par de nombreuses personnalités politiques et de la société civile, pour rappeler aux multinationales et décideurs européens “qui commande”.
23 février 2021

Un coup de main pour les droits humains et l'environnement contre l'impunité des multinationales ? Vous aussi rappelez aux multinationales que c'est nous qui commandons !

Aidez-nous à propager ce tag, notamment via une action photo que vous pouvez faire seul ou a plusieurs pour aider à diffuser cette campagne : prenez-vous en photo avec un morceau de carton ou tout autre emballage de livraison (pochette, enveloppe etc.) en inscrivant "#QuiCommande" et "C'est NOUS". Comme moi ci-dessous !

Vous pouvez lire aussi

Restez informés

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme marketing. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour en savoir plus sur la politique de protection des données de Mailchimp.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de nos emails. Pour avoir plus d'informations sur notre politique de protection des données personnelles, vous pouvez visiter notre site internet

Données personnelles

Les cookies permettent d'améliorer votre experience et facilitent la réactivité de notre site. Sur notre site, un cookie est actif : Google Analytics. Il récolte des données statistiques anonymes sur le site. Lorsque vous visitez le site de Manon Aubry, une seule donnée personnelle vous concernant est collectée avec ce cookie, il s'agit de votre adresse IP, mais celle-ci est anonymisée automatiquement par le système sans possibilité d'identification de la personne concernée. Si vous ne souhaitez pas que notre site utilise ce cookie, vous pouvez le refuser ci-après.