Partager

Étape 2 : du panier de légumes à l’économie du partage

Semaine verte 30 octobre 2019

« Tu vois cette terre argileuse Manon ? C’est un peu comme ton expérience ici, tu la mets sur ta main et elle sera indélébile : elle te marquera à jamais ». Ces mots empreints d’émotion, ce sont ceux de Pierre-Francois, paysan dans le Centre Var, après un long après-midi d’échanges sur les pratiques agricoles. Une de ces rencontres qui marquent une vie militante. 

Nous arrivons à la rencontre de Pierre François et Isabelle, tous deux agriculteurs paysans, au terme d’une étape à vélo très agréable entre les vignes et sous le soleil. Ils nous accueillent en finissant la préparation des paniers AMAP qu’ils produisent chaque semaine et qui les fait (tout juste) survivre.

Cette histoire est l’histoire de paysans amoureux de la nature, défenseurs de la planète, militants d’une nourriture saine. C’est l’histoire de paysans qui produisent chaque semaine une cinquantaine de paniers de fruits et légumes exclusivement destinés à deux AMAP locales dans le Var, le département berceau des AMAP en France. Des circuits courts, une production agricole paysanne en harmonie avec la nature et sans pesticide : voilà le modèle agricole que nous devrions promouvoir et pourtant, Pierre-Francois et Isabelle ne reçoivent pas le moindre centime de subvention de la part de l’Union européenne, qui privilégie les énormes agro-industries en préférant financer en fonction de la surface agricole.

Alors ce sont les AMAP qui représentent « l’assurance-vie » de leur exploitation agricole en garantissant non seulement leur survie financière mais aussi en mettant sur pied une véritable économie du partage. « Qui aurait pu penser que d’un panier de légumes on arrive à une telle construction de solidarités » questionne Isabelle. Car derrière ce panier, c’est en fait tout un éco-système qui est né dans la région. Nicolas, membre de l’AMAP et venu filé un coup de main à la récolte ce jour-là l’atteste : s’il y a un pari qui est réussi c’est la force du lien social qui est né au sein la « communauté AMAP ».

La solidarité, ce mot qui caractérise si bien l’ensemble des rencontres que nous avons faites aujourd’hui. C’est dans ce même objectif de solidarité et d’impératif écologique que l’éco hameau du bois des brindilles a vu le jour au Cannet des Maures et que nous avons eu la chance de visiter. Ce sont aussi les maîtres-mots du restaurant eco-responsable Ecce Terra, où nous avons passé la soirée aux côtés de représentants d’une quinzaine d’association du centre Var. Le récit des courageux gilets jaunes du Cannet des Maures et leur organisation autour de leur Tour Eiffel géante avant d’être délogés il y a peine quelques semaines, les nombreuses initiatives et mobilisations locales sur l’écologie, l’accueil digne des migrants : toutes ces initiatives dessinent une alternative écologique et sociale qu’on va assurément mettre en selle pour les ramener à Bruxelles. 

Au restaurant Ecce Terra ce soir comme tous les autres soirs, ce sont les légumes de Pierre François et Isabelle que vous trouverez. Des légumes sans pesticides bien sûr, que Pierre François et Isabelle combattent sans relâche en dénonçant la stratégie d’enfumage du gouvernement autour des « zones de non traitement ». Le débat n’est pas de savoir si une distance de sécurité de 5m ou 100m doit être mise en place autour de l’épandage des pesticides mais comment y mettre un terme. Après tout, pour reprendre les mots d’Isabelle « Ils nous ont bien aidé à utiliser massivement les pesticides, qu’ils mettent le même pognon de dingue à aider les agriculteurs à en sortir ». Et ce pognon de dingue s’appelle la Politique Agricole Commune et représente près de 10 milliards d’euros par an en France. Alors Pierre François compte sur moi pour ramener à Bruxelles la terre que tu m’as donnée et leur montrer ce que c’est que de cultiver des terres en respectant la nature et notre santé.

En savoir plus sur ce lien

Pour une bifurcation écologique et sociale

24 août 2022
Jets privés et méga yachts : nuisances de l' "abondance"
Cet été, comme tous les étés, c’était retour au bercail familial. J’ai pris l’habitude de vous parler de Bonifacio, mon petit village au sud de la Corse (peuplé en bonne partie par ma famille 😉), et de ses méga-yachts qui envahissent le port dès l’été commencé. Cet été n’y a évidemment pas échappé.
6 juil. 2022
Taxonomie : vote de la honte au Parlement européen

Le Parlement européen vient d'enterrer officiellement toute ambition...

Autour des mêmes combats

24 août 2022

Jets privés et méga yachts : nuisances de l' "abondance"

Cet été, comme tous les étés, c’était retour au bercail familial. J’ai pris l’habitude de vous parler de Bonifacio, mon petit village au sud de la Corse (peuplé en bonne partie par ma famille 😉), et de ses méga-yachts qui envahissent le port dès l’été commencé. Cet été n’y a évidemment pas échappé.
6 juillet 2022

Taxonomie : vote de la honte au Parlement européen

Le Parlement européen vient d'enterrer officiellement toute ambition...

11 janvier 2022

Gaz et nucléaire “durables” : Macron Président de l'amicale de l'irresponsabilité écologique

2022 commence bien pour les énergies polluantes. Quelques heures avant la fin de l'année, la Commission européenne a officiellement proposé d’inclure le gaz et le nucléaire dans sa liste des activités “durables”, leur ouvrant la porte à de nouveaux financements. Cette décision incompréhensible, alors que l’Europe ne respecte déjà pas l'accord de Paris, a été rendue possible par la mobilisation acharnée d'Emmanuel Macron, qui a pris la tête d'une coalition d'irresponsables avec les pays gaziers et l'extrême droite européenne, pour le plus grand bonheur des lobbys.
22 juillet 2021

Une nouvelle alliance internationale pour répondre à la double crise du climat et des inégalités

Inondations meurtrières en Belgique et en Allemagne, feux géants en Sibérie, records de température au Canada… Même les pires climatosceptiques sont bien obligés de s’y résoudre : il n’est désormais plus possible d’ignorer les impacts ravageurs du dérèglement climatique. Partout sur la planète, des femmes et des hommes sont frappés quotidiennement par les conséquences de l’inaction climatique. Pire, ce sont les plus pauvres, alors qu’il sont les moins responsables de la destruction de l’environnement, qui paient le plus lourd tribu. Et ce n’est que le début.
12 mai 2021

Pas de bifurcation écologique possible sans confrontation sérieuse avec les règles européennes

L’Assemblée nationale a voté la semaine dernière une parodie de loi climat, sabordant les travaux de la Convention citoyenne. Oubliée la promesse de reprise “sans filtre” : la trahison démocratique est totale et l’irresponsabilité écologique consommée. Les propositions des 150 méritaient mieux. Et c’est parce que nous les respectons que nous nous sommes posé cette question qui n’est jamais traitée sérieusement. Comment appliquer l’intégralité du programme des conventionnels dans le cadre des règles européennes actuelles ?
11 décembre 2020

Pendant que Macron fanfaronne : l'UE impose l'austérité, recule sur le climat et cède face à l'extrême-droite hongroise

Emmanuel Macron aura beau fanfaronner, c'est un échec total. Pour la planète, comme pour nous tous.

Vous pouvez lire aussi

Restez informés

Nous utilisons Mailchimp comme plate-forme marketing. En cliquant ci-dessus pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour en savoir plus sur la politique de protection des données de Mailchimp.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de nos emails. Pour avoir plus d'informations sur notre politique de protection des données personnelles, vous pouvez visiter notre site internet

Données personnelles

Les cookies permettent d'améliorer votre experience et facilitent la réactivité de notre site. Sur notre site, un cookie est actif : Google Analytics. Il récolte des données statistiques anonymes sur le site. Lorsque vous visitez le site de Manon Aubry, une seule donnée personnelle vous concernant est collectée avec ce cookie, il s'agit de votre adresse IP, mais celle-ci est anonymisée automatiquement par le système sans possibilité d'identification de la personne concernée. Si vous ne souhaitez pas que notre site utilise ce cookie, vous pouvez le refuser ci-après.